lundi 25 novembre 2013

Garder les enfants en bonne santé





La pédiatrie Sino-Japonaise ®  est une spécialité fascinante des méthodes traditionnelles orientales, avec une grande expérience clinique et en mesure d'apporter des solutions non agressives à de nombreux problèmes de l'enfant.


La pédiatrie Sino-Japonaise
 ® , le bian zheng et le traitement des troubles spécifiques qui touchent les enfants de la naissance à la puberté, est l'une des spécialités à s’être différenciée en tant que tel dans la médecine chinoise. Les Livres fondamentaux, Jin Gui Yao Lue comme (Zhang Zhong Jin) ou le Mai Jing, daté de la fin de la dynastie des Han (220 après JC) contiennent des chapitres consacrés spécifiquement au traitement des maladies de l'enfance. Dans la dynastie des Song (960-1126 AD), à la gestion et l'exécution du système de santé semble le premier livre consacré exclusivement au traitement des maladies de l'enfance, Xiao Er Yao Zheng Zhi Sun (Collection de modèles et traitements essentiels en pédiatrie), écrit par Qi Yi et datée entre 1032 et 1113 AD. Ce célèbre pédiatre a présenté l'idée des différentes caractéristiques des enfants et a couru de nouvelles méthodes de diagnostic et de traitement de cette période, et fournit une description détaillée des syndromes et le traitement de certaines maladies courantes de l'enfance comme la rougeole, les oreillons ou la varicelle. La spécialité a continué à se développer pendant la dynastie des Ming (1368-1644 AD), et successive transmis en tant que tel au Japon et en Corée dans une évolution permanente reliant tradition ininterrompue aujourd'hui.

Dans la Chine d'aujourd'hui "Er Ke" est une spécialité bien établie, avec des études, des dizaines de textes et de leur propre ministère dans les hôpitaux. Lire la suite

FORMATION DE PEDIATRIE Sino-Japonaise ®


                       


Article de Frédéric Breton de l'Institut Liang Shen à Genève
Ayant récemment participé au séminaire de pédiatrie donné par ma consoeur Maria Rando Gonzalez, je voulais saluer son travail.

Incontestablement, Maria a mené ces dernières années des recherches de niveau universitaire dans cette spécialité - et tout cela avec « les moyens du bord » -  tout particulièrement dans la définition en pédiatrie chinoise des maladies d’asymétrie du nourrisson et spécifiquement dans l’approche théorique et clinique du syndrome « Kiss » et de ses conséquences sur les diverses maladies et le développement du nourrisson et de l’enfant.

Observations cliniques, mises à l’épreuve, conclusions, identifications des syndromes, méthodes de traitement, questions encore en suspens : tout y est.
Bien plus qu’une chercheuse, Maria est une véritable pionnière, aidée en cela par Madame Delphine Grosso, car il n’est pas trop d’être deux pour ce genre de travail d’abeilles.

Je ne doute pas que l’intelligence et l’innovation de leurs travaux puisse un jour constituer un pas important de la médecine pédiatrique dans tous les aspects du développement de l’enfant.

Mon vœu le plus cher est que leurs travaux prennent un jour une envergure internationale, qu’ils soient repris et développés par d’autres chercheurs passionnés et que Maria et Delphine puissent présenter les conclusions de leurs recherches dans un des prochains colloques de pédiatrie en Chine.
f.b

Marina Moriceau, Frédéric Breton,Maria Rando Gonzalez, Aurélier Chapgier Laboissière

Corinne Carpentier, Delphine Grosso